Conférence d'Irène Belleau à la Société historique de Québec - 8 janvier 2013

Monsieur Jean Dorval, président de la SHQ accueille Irène Belleau et l’invite à entretenir l’auditoire du sujet des Filles du Roy auquel elle travaille depuis de nombreuses années.

Madame Belleau rappelle que l’oubli, l’ignorance, la malveillance ont rejeté et maintenu dans l’ombre les personnes et l’œuvre des Filles du Roy et ont permis d’associer à leur souvenir l’idée tenace d’une mauvaise réputation. Elle justifie ainsi la fondation de la Société d’histoire des Filles du Roy pour remettre dans la lumière de la vérité ces quelque huit cents femmes, faire cesser l’amnésie et rendre leurs destinées à l’histoire.

Madame Belleau, après avoir remercé Monsieur Dorval, tient à rendre hommage à l’un des fondateurs de la Société historique de Québec : Silvio Dumas

«La Société d’histoire des Filles du Roy veut, ce soir, et à l’occasion des commémorations qui marqueront l’année 2013, rendre HOMMAGE à Silvio Dumas, l’un des vôtres qui a donné à la société québécoise une œuvre importante, source de documentation toujours actuelle par la recherche qui la caractérise et l’abondance de son étude fouillée.

Même après quarante ans, cette œuvre témoigne, comme le dit Paul Gosselin dans la préface, du flair et de la patience du chercheur, sans être un historien de métier, comme il le dit lui-même. Au cœur de son ouvrage, nous sentons vibrer la fibre de notre authentique passé; Silvio Dumas a le don de la synthèse; il rejoint le quotidien de ces FEMMES, les Filles du Roy qui arrivent dans un pays neuf où les conditions de vie sont rudes.

C’est dans ce terreau qu’elles se sont enracinées et c’est avec trois de leurs représentantes que nous voulons faire revivre ce soir un peu de son œuvre devant vous.

Sa contribution est importante; il a consacré des heures et des heures à des incursions dans les minutes des notaires, dans les rapports des cours de justice et dans les registres paroissiaux. Il a produit une œuvre d’une telle qualité qu’elle nous alimente encore aujourd’hui.

Je dépose au nom d’Hélène Calais, mon ancêtre-femme, Fille du Roy, une rose blanche en témoignage de reconnaissance.»

Madame Belleau reprend les mots d’Anne Hébert qui  affirme dans Le Premier Jardin qu’il faudrait les nommer toutes, face au fleuve d’où elles sont sorties… Elle lit le passage qui évoque avec émotion le moment de leur arrivée…

Sans les nommer toutes, elle en  présente tour à tour trois : Louise Gargotin, Anne Lépine et Renée Biret personnifiées par Monique Picard, Lise Hébert et Diane Lacombe.

Qui étaient-elles vraiment? D’où venaient-elles? Comment sont-elles venues? Qui ont-elles épousé, où et quand? Combien d’enfants ont-elles eus? Quel héritage ont-elles laissé?

Elles se livrent avec simplicité et franchise. Le monologue de Diane Lacombe, auteure, présente un vivant portrait d’ensemble.

Après s’être adressées à l’auditoire, les trois Filles du Roy déposent elles aussi une rose en hommage à Silvio Dumas qui a contribué à les sortir de l’oubli.

Madame Belleau ne résiste pas au plaisir de présenter quelques livres consacrés à des Filles du Roy dont le parcours révèle parfois des faits surprenants…

Elle invite enfin toutes et tous à suivre les nombreuses activités de commémoration organisées tout au long de l’année 2013 un peu partout au Québec à l’initiative d’organismes locaux pour souligner l’arrivée des trente-six premières Filles du Roy en 1663. Cela fera trois cent cinquante ans!

La SHQ remercie Madame Belleau et souligne à quel point toute entreprise de commémoration ou de reconnaissance doit au travail et à la volonté des personnes qui en font leur projet!

© SHFR

SHQ-120108

Catégorie : Au Québec