Les Filles du Roy non-mariées

Une trentaine de Filles du Roy n’ont pas pris mari ! Le croiriez-vous ? Bien oui. On ne saura jamais la VRAIE raison; on peut imaginer que le faciès du futur ne convenait pas ou que l’allure “d’habitant-défricheur-forgeron-etc” ne disposait pas l’esprit ou que le “coureur des bois” avait trop de ressemblance avec les Sauvages ou que les premiers baisers ont été trop envahissants ou quoi encore ! On ne peut que constater la réalité: elles ont préféré le célibat à la manière d’Eugénie alias Jeanne Languille et voler de leurs ailes jusqu’à Versailles !

Fleurance Asserin, Marie Brisset, Maria De Bérunine, Diane De Lamotte, Catherine De Latour, Élizabeth Durand, Françoise Enfre, Marie-Anne Fleure, Marie-Marthe Geoffroy, Marguerite Lecomte, et Reine Martin ont préféré “accompagner” leurs compagnes de traversée lors de leurs mariages. En effet, celles-ci accusent leur présence à des unions de Filles du Roy arrivées la même année qu’elles.

D’autres ont annulé un premier contrat rapidement – parfois la journée même – pour laisser aller dans “la nature” un futur indésiré… lequel, dans plusieurs cas,  n’a pas tardé à trouver une autre âme à combler ! En voici la preuve. Marie-Françoise Dubié de Tournai, en Flandre, signe son  contrat de mariage avec Jean Chevaudier/Lépine le 11 octobre 1671 – année de son arrivée – l’annule et son futur épouse Marie Mercier le 19 octobre 1671; Marie-Anne Firman de Paris annule son mariage avec Jean-Baptiste Morin De Rochebelle, bourgeois, le 18 octobre 1667 et repasse en France le 17 novembre de la même année sur Le Prophète Hosée. Mais sitôt, De Rochebelle épouse Catherine De Belleau, arrivée de Picardie avec une valeur de biens de 1000 Livres; Marie-Anne Firman n’apportait, elle, que 600 Livres de dot. Cette dichotomie aurait-elle provoqué la scission !!! On ne saura jamais. Marie-Madeleine Ouache annule son premier mariage avec René Bureau dit Jolicoeur, tisserand en toile, et il épouse quelques mois après, Anne Poitraud de La Rochelle et ils auront 10 enfants à Charlesbourg.  Catherine De Fontenay après avoir assisté au mariage de sa compagne de traversée Marie-Madeleine Ouache, en 1667, disparaît de la Nouvelle-France en 1671. On ne trouve plus de traces d’elle après cette date. Perrette Vaillant annule son mariage avec Jean De Lalonde dit Lespérance, laboureur, marguiller de la mission du Haut de l’Île Jésus, le 30 octobre 1669 et dès le 14 novembre, ce futur époux choisit Marie Barbant, de Rouen. Une escarmouche des Iroquois sur les bords du lac St-Louis, à Lachine, eut raison du mari laissant orphelins de père 5 enfants. Françoise Charron de Saintonge, arrivée en 1664 étant veuve de Michel Baron, annule deux fois ses unions: la première avec Zacharie Maheu épousé le 19 avril 1665 et la deuxième avec Robert De Lamarre le 16 octobre 1667. Peu après, elle meurt.

Jeanne De Mérinne de St-Sulpice de Paris et François Bibeau annulent leur mariage en 1665, Marie-Madeleine Deschamps de Bourgogne et Jean Barolleau font de même en 1670, lequel avait échoué dans sa demande en mariage de Marie Navarron le 7 septembre précédent, Jeanne Dubicourt de Picardie annule son union avec Pierre Lat en 1669, Anne Méry de Paris fait faux bond à Pierre Abirou dit Larose en 1669, Antoinette Lamoureux annule son mariage avec Jacques Lambert en 1667, Marie Larteau de l’Île de Ré ne pousuit pas son union avec Pierre Guilbault en 1667, enfin Gabrielle Lemaître d’Anjou en fait autant avec Jean Raillé dit Montanbau. Que voilà des femmes probablement “victimes” d’un choix imposé ou rapidement décidé. Le discours présenté aux Filles du Roy avant leur départ affirmait “qu’elles auraient une terre, qu’elle trouveraient un mari sur pièce, à leur mesure” et… ici, pour ne pas être à la charge des autorités trop longtemps, elles décidaient de leur vie précipitamment. Nous ne connaissons pas vraiment ce qu’elles devinrent ici ou en France, pour celles qui sont retournées à leurs origines. Les échanges de recherche de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs (Cfqlmc) trouveront peut-être une réponse à nos questions, un jour.

Irène Belleau

Catégorie : De la SHFR