Les Filles du Roy apparentées-1

Note: Cet article se subdivisera en plusieurs chroniques puisqu’il touchera plusieurs Filles du Roy.

Définissons d’abord l’apparentement.

Certaines Filles du Roy sont venues seules, environ 10 %,  c’est-à-dire sans qu’on leur connaisse quelque accompagnement que ce soit. Mais d’autres, une bonne quarantaine, étaient accompagnées de membres de leur parenté au moment de leur arrivée ou ont été rejointes par des membres de leur famille, après leur arrivée. Certaines venaient rejoindre ici des parents déjà installés. Trois d’entre elles, les soeurs Raclos  Françoise, Marie et Madeleine sont arrivées en 1671 avec leur père venu seulement les reconduire; il est reparti le même automne. Toutes trois apportaient une dot de 1000 Livres s’ajoutant aux 100 Livres de la dot royale. On peut, à ce sujet, croire que leur famille était relativement aisée.

Que sont-elles devenues ?

La plus vieille, Françoise  (1653-ap. 1717),  épousa, l’année de son arrivée, Michel David; ils s’intallèrent au Cap-de-la-Madeleine où  ils eurent 4 enfants. Françoise fut sage-femme. Son époux mourut en 1692 et elle vécut par la suite à Bécancour.

Marie (1655-av. 1697) épousa René Beaudoin (1645-1735) arrivé en 1656 avec son frère Jean et sa soeur Madeleine. Ils s’établissent à Champlain; ils ont 7 enfants. Âgée d’une quarantaine d’années, elle décède. Son mari se remariera deux fois et décèdera à 90 ans respecté de son milieu. On ne sait pas la date exacte de la mort de Marie mais on connaît la date de l’inventaire de ses biens, le 23 janvier 1697. Le seigneur de Champlain, Claude Pézard de la Touche,  arrivé comme soldat en 1661, avait épousé Madeleine Mullois en1664 et était devenu rapidement seigneur de la Seigneurie de Champlain. En tant que tel, il avait concédé une terre à René Beaudoin le 17 mars 1665. On peut bien imaginer que Marie Raclos et Madeleine Mullois se connurent.  René Beaudoin, ai-je dit, épousa en secondes noces, Marie Anne Besnier, peu de temps après l’inventaire des biens requis après la mort de Marie Raclos, soit le 28 janvier 1697, à Champlain. De cette 2e union naquirent 8 enfants. 13 ans plus tard, René Beaudoin épouse Jeanne-Renée Chartier de Poitiers, le 1er septembre 1710 et n’eurent pas d’enfant. Voilà un itinéraire qui a laissé des traces dans cette ville de Champlain jumelée à Hiers-Brouage, en France.

Madeleine (1656-1724) connut une vie encore plus mouvementée que celle de ses deux soeurs Françoise et Marie. Elle épousa le célèbre Nicolas Perrault, trafiquant de fourrures, explorateur, interprète à la suite de nombreux séjours dans les tribus indiennes, notamment chez les Outaouais, les Castors, les Renards, les Sioux. les Sauteux, les Miamis, capitaine de milice, toutes fonctions couronnant son statut de “donné” aux Jésuites. Il est arrivé en 1660, au recensement de 1666, il est à Montréal comme domestique de la veuve Jacques Testard sieur de La Forest, au recensement de 1667, il est au service des Sulpiciens. Madeleine Raclos épouse cet aventurier “hors-normes”, à Bécancour, le 12 octobre 1671. Elle a 18 ans et toute sa jeunesse ! Ils auront 7 enfants à travers toutes les pérégrinations de son mari… une histoire fascinante. Pierre Perreault termine sa vie ruiné; il rédige ses mémoires Mémoires sur les moeurs, coustumes et religions des sauvages de l’Amérique septentrionale, publiés à Paris en 1864. Il décède en 1717, à 73 ans. Madeleine Raclos renonce à la succession et lui survit 7 ans et mourut en 1724, à 68 ans,  après “avoir passé les quatre dernières années de sa vie dans la démence la plus complète”, selon Yves Landry.

Références: le dictionnaire de Michel Langlois, le livre d’Yves Landry sur les Filles du Roi et de nombreuses lectures.

Irène Belleau

Consulter les autres articles sur les apparentements

Catégorie : De la SHFR