Le DITE des Filles du Roy

Il est bien connu que l’expression DIT attribuée à de multiples ancêtres, pionniers, militaires, etc, est très importante puisqu’elle devient, dans bien des cas, un PATRONYME ; exemples : Bisson dit Lépine,  Brisson dit Laroche, Belleau dit Larose, Destrois maisons dit Picard, Charron dit Ducharme, etc ; alors que d’autres demeurent des surnoms : exemples : Boucher dit Vin d’Espagne, Fleury dit Mitron, Miville dit Lesuisse, César dit La Gardelette, etc, et, sous ce rapport, acquièrent un statut qui vaut plus qu’un SURNOM.

Qu’en est-il du DITE des femmes ?

Anne Bellesœur dite Lucas, Louise Faure dite Planchet, Antoinette Lenoir dite Pirois, Marie Lasnon dite Laîner, Marguerite Maréchal dite Dubois et Madeleine-Judith Thoine dite Vallée ont quelque chose de particulier sur lequel je voudrais attirer l’attention.

Anne Bellesœur de Paris a pour mère Barbe Lucas, Louise Faure de La Rochelle a pour mère Ozanne Planchet, Marie Lasnon dite Lainier de Rouen a pour mère Colette Lainé, Antoinette Lenoir a pour mère Antoinette Pirois, Marguerite Maréchal de Limoges  a pour mère Jeanne Dubois, et Madeleine-Judith Thoine a pour mère Renée Vallée.  Toutes donnent le NOM de leur mère… Il n’est pas question de surnom ni de patronyme… Ce sont, dirions-nous, des MATROnymes. Et c’est bien avant que le Québec pense donner à ses enfants le double nom du père et de la mère !

Par contre, le nom du père ou son titre apparaît souvent aussi. Exemples : Anne Béraud dite Dubreuil a pour père Claude Béraud, Sieur Dubreuil de Seine-et-Marne ; Renée La Bastille dite Martin a pour second nom le prénom de son père Martin La Bastille, Xaintes Vié dite Lamothe a pour père Robert Vié, Sieur de La Mothe, sergent, Madeleine Haneton ou Alton a pour père Nicolas Alton et sa mère Marie Tan… H (ou T) an…Tan…ne…ton… !

Un petit jeu qui a peut-être une autre signification…qui sait ?

Irène Belleau
mai 2016
© SHFR

Catégorie : De la SHFR