Esclave blanche en Nouvelle-France

 

Il s’agit d’une aventure presque unique en son genre vécue par Sarah Allen du village de Deerfield, au Massachusetts, le 29 février 1704. Récit exemplaire car il  pourrait être signé de centaines d’autres : 41 furent tués et 112 faits prisonniers pendant cette nuit d’hiver. Il s’agit d’un raid de représailles vengeresses de la part d’Abénaquis des environs de Caughnawaga qui sollicitent l’aide du gouverneur Rigaud de Vaudreuil. C’est l’habile Jean-Baptiste Hertel de Rouville qui en reçoit le commandement : il a l’habitude des escarmouches chez les Tsonnontouans et ses tactiques lui ont toujours réussi.

Accompagné de 200 Indiens du Sault St-Louis et 50 Canadiens volontaires participent à ce raid. En pleine nuit, ils escaladent les palissades et massacrent à tout vent. Les prisonniers sont amenés de Deerfield à Montréal, dans la neige, à moitié vêtus – certains meurent en chemin – mais Sarah tiendra le coup. À Montréal, elle sera « donnée comme une botte de légumes » pour 40 livres négociées à rabais jusqu’à 28 livres et achetée par Élizabeth de Vaudreuil qui en fait une bonne à tout faire sous sa férule dans le château des Vaudreuil. Puis, pour être réellement libérée, elle doit, de huguenote se convertir au catholicisme, avec les soubresauts d’un curé « négociateur ». Elle a 12 ans au moment où elle vit ce périple hallucinant : une volonté de fer de s’en sortir et de retrouver une vie « normale ».

À 18 ans, elle épouse Guillaume Lalonde en 1710, ils ont 13 enfants et elle meurt à Vaudreuil-Soulanges, à 72 ans, à Noël, le 25 décembre 1764.

Cette histoire même romancée nous fait vivre toute une gamme d’émotions scellée aux mœurs et à la culture amérindiennes. Elle n’est pas la seule de cette équipée à vivre en Nouvelle-France ; l’histoire des Stebbins/Stebenne, de Jacques de Noyon et d’Abigail/devenue Gabrielle/devenue Marguerite, établis à Boucherville ; Thankful devenue Louise Thérèse Stebenne/devenue M.-Louise Hébert épouse d’Adrien Charles LeGrain, fils de Louis Charles LeGrain et de Louise Bonnet dit Lafortune, fille d’Étienne Bonnet, domestique de Jean Boudon, originaire de Charente-Maritime ! L’histoire mène loin !

Esclave blanche

Esclave blanche en Nouvelle-France, Céline Daignault et Léonard Priest, aux Editions Michel Quintin, Québec, 2014.

Irène Belleau
novembre 2014
© SHFR

 

Catégorie : Invitation à la lecture