L'enquête de Renée Biret

Un roman épistolaire mettant en vedette des Filles du Roy et publié sur le net, épisode par épisode : voilà une aventure et un plaisir. Dans le collimateur à l’automne 2014, les premières lettres sont mises en ligne au cours de l’hiver suivant. L’idée m’en était venue à la suite d’une conversation avec la jeune Maude Rioux alors que nous étions au stand de la SHFR aux Fêtes de la Nouvelle-France 2014. Nous avions toutes deux fait partie du premier contingent de «jumelées» l’année précédente. Maude revenait pour incarner une fille de 1664 et moi, je donnais quelques heures de présence au stand. Nous évoquions mon roman Pierre et René – Un destin en Nouvelle-France et les protestantes rochelaises au sein des contingents de filles à marier. Je me suis dit : «  Et si Renée Biret écrivait à Marie Valade ? » Le premier tour de manivelle du collimateur venait d’être donné.

Aujourd’hui, deux ans plus tard, neuf épisodes et 78 lettres plus loin, mon premier objectif est atteint. J’ai parlé de toutes les filles du premier contingent dans le roman. Les trente-six. Renée Biret n’a pas écrit à chacune d’elle, bien sûr, mais chacune est mentionnée (… il faut les nommer toutes par leur nom…), dans l’une ou l’autre lettre ou réponse. Mais l’enquête ne pouvait pas s’en tenir à ces trente-six là. Une quinzaine de filles des contingents subséquents s’ajoutent à la liste, surtout des Rochelaises, puisque Renée est elle-même rochelaise. Ce sont Marie Martin (65); Marie Chaton (66); Andrée Remondière (66); Marie Léonard (66); Anne Javelot (66); Claude de Chevrainville (65); Elizabeth Doucinet (66); Élizabeth Roy (65); Marguerite Abraham (65); Louise Faure dite Planchet (68); Catherine Marchand (67); Andrée Lépine (66); Marie Lépine (67) et Marie Pasquier (67).

La beauté d’une publication internet réside dans les liens que l’on peut créer entre les pages. Sans cet outil merveilleux, le roman aurait sombré dans un fouillis de noms (celui des filles et des époux) et de lieux, La Rochelle comme point de départ et tous les lieux habités dans la colonie comme point de chute. En effet, les lettres sont numérotées, classées par épisodes. Chacun des épisodes correspond à un lot de lettres que Renée envoie. Un lot contient quatre à cinq lettres. Entre deux et trois lots sont envoyés en 1664, 1665, 1666 et 1667 (en cours de rédaction). La liste complète des filles touchées par la correspondance est mise à jour à chaque publication d’épisode et elle comprend les numéros des lettres en renvoi.

La beauté de l’écriture épistolaire est qu’elle est à la portée de tout le monde. En effet, qui ne peut pas répondre dans ses mots à une lettre qu’on lui adresse ? J’ai tenté l’expérience de l’écriture à quatre mains en lançant le défi à mes compagnes «de traversée», celles de mon contingent (63), afin d’obtenir leur collaboration pour rédiger les réponses aux lettres de Renée. Jusqu’à maintenant, quatre d’entre elles ont relevé ce défi en prenant la parole au nom de leur jumelée : Chantale Maclure pour Catherine Pillard;  France Morin pour Louise Charrier; Marianne Richard pour Catherine De Boisandré et Nathalie Caron pour Joachine Lafleur. Chapeau les filles ! Haut les coiffes ! C’est réussi et ça donne des couleurs différentes aux textes publiés. L’offre tient toujours pour celles qui veulent vivre l’expérience. Le style épistolaire, tout en confidences et en réflexions personnelles, est une bonne façon d’intérioriser un personnage afin de l’interpréter par la suite. Il n’est pas besoin d’être auteur ou romancière pour faire l’exercice. Quant au volet publication sur le net, je me charge de faire le travail d’édition, pas de souci, vous n’aurez pas honte de votre plume.

Quand et comment finira le roman L’Enquête de Renée Biret ? Je n’en sais rien. Assurément, l’enquête ne se poursuivra pas au-delà de 1671, car Renée Biret s’embarque cette année-là… Mais, comme ceux et celles qui ont lu Pierre et René – Un destin en Nouvelle-France, nous savons qu’Hélie Targer restera introuvable.

Pour lire L’Enquête de Renée Biret , il faut aller sur mon site http://www.dianelacombe.ca. Pour en discuter ou y participer, communiquez avec moi à  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Diane Lacombe

Catégorie : Invitation à la lecture