Jeanne Chevalier, Fille du Roi, son histoire

Au moment où le livre s’ouvre, Jeanne, veuve, a soixante-neuf ans, elle dicte son testament : ses dernières volontés au sujet de ses funérailles, de son enterrement et la liste de ses legs. Pas un mot sur deux de ses maris; elle ne mentionne que Robert. Elle se revoit il y a quarante ans pour son aventure en Nouvelle-France. Elle est dans sa chambre dans la maison appartenant à son deuxième fils, Pierre-Joachim qui a quatre jeunes enfants depuis son mariage avec Marie-Angélique Letartre. C’était la maison de Jeanne et Robert, grande, spacieuse, bien équipée, où le couple a connu sans nul doute ses plus belles années conjugales. Elle a sans doute oublié (!) les sept ans avec Guillaume LeCanteur son premier mari qui l’a laissée avec trois enfants dont un nouveau-né et des dettes.

Elle est passée de L’Ange-Gardien, près de Québec, à Rivière-Ouelle en 1679, un milieu d’à peine une dizaine de familles et soixante-deux habitants. Qu’à-t-elle apporté des biens laissés par Guillaume Lecanteur : pots et casseroles, un vieux seau en laiton, une hache, deux binettes, trois couvertures, un peu de linge de maison, cinq chemises et le justaucorps de son premier mari. Qu`a–t-elle après la mort de Robert Lévesque, vingt ans plus tard ? Une exploitation de plus de mille arpents qui comprend trois maisons avec meubles et accessoires, plusieurs corps de ferme, un grand nombre d’animaux, une grange, une étable, huit vaches, une génisse, deux jeunes veaux, huit taureaux, des porcs. La cuisine est garnie, les chambres aussi. Des coffres fermant à clé, six vieux fusils, des outils de charpenterie, des peaux de castor, des planches de pin sans compter ce qui a sans doute fait son grand bonheur, des petits-enfants. Et elle se remarie ! Un  veuf depuis 20 ans ! Jean-Baptiste Deschamps, Sieur de la Bouteillerie, noble, venu lui aussi en 1671 – probablement sur le même bateau que Jeanne – qui a défriché avec ses engagés – dont Robert Lévesque. Mariés en 1701, son troisième époux meurt en 1703 d’une épidémie terrible. Jeanne se retrouve veuve.

L’œuvre de Jeanne Chevalier n’a jamais été véritablement bien connue; Madame Lévesque y contribue de façon magistrale. Et elle envisage de poursuivre l’histoire de la VIE de Jeanne. On est en attente pour que ces femmes pionnières de notre histoire nationale aient, un jour, la PLACE qui leur revient !

Irène Belleau, juillet 2017
© SHFR

Chevalier Jeanne P

Catégorie : Invitation à la lecture