Les Filles du Roy

Née à Coutances, dans La Manche, en France, Marie Arnault, courtisée par son beau-père, aime plutôt un fils de seigneur dont le nom de JACOB l’identifie à l’idéologie huguenote. Un tel amour ne peut exister. Marie échoue à La Salpêtrière, véritable prison. À cette époque, Jean-Baptiste Colbert, ministre des colonies, crée Les Filles du Roy à la demande de l’intendant Talon de la Nouvelle-France pour peupler l’une de ses colonies françaises. Marie Arnault part pour le Québec et Jacob, pour les galères.

Ce roman est une fresque des années 1660 jusqu’à la bataille des Plaines d’Abraham. Marie, chirurgienne, connaîtra non seulement le froid, les Iroquois mais surtout le fait d’ “être une femme” et qui plus est, “une femme chirurgienne” comme son père. Sage-femme de tous les instants, elle vivra passionnément. De retour en France, ce sont les persécutions contre les Huguenots qu’elle affronte en ayant au coeur la nostalgie de la Nouvelle-France. Au 2e tome, c’est Louis et Marie de Préclair, amoureux de leur aïeule, Marie Arnault, qui incarneront le même courage dans leur milieu respectif. Leur correspondance est le clou de l’histoire. Un regard de femme française sur le vécu en Amérique complété par l’amour de l’auteure pour le Québec est, sans contredit, un plus pour notre histoire.

Les Filles du Roy, Colette Piat (tome1), Jean-Paul Bertrand (tome 2), Éditions du Rocher, 1998-1999, Monaco

Les Filles du Roi

Irène Belleau
5 décembre 2012
© SHFR

 

Catégorie : Invitation à la lecture