Cher Journal, Seule au Nouveau-Monde, Hélène St-Onge, Fille du Roy, Montréal en Nouvelle-France, 1666

Le récit commence à Reignac, en France, le 8 mai 1666, où Hélène St-Onge, orpheline de père et de mère, est amenée à La Salpêtrière par une tante Dame de Rivault. Elle a 13 ans. Elle est orientée vers la Nouvelle-France avec sa soeur Catherine qui meurt sur le bateau mais qui avait été promise à un certain Armand Côté déjà en Amérique. On l’envoie à Montréal sous la conduite de Soeur Marguerite Bourgeoys mais elle se retrouve chez une de ses tantes veuve Barbe Moitié qui tient auberge. Là, elle est demandée en mariage par un certain Deschamps qu’on dit menteur. Elle refuse. Elle épouse, le 18 août 1667, Jean Aubry, armurier, veuf, qu’elle a connu sur le bateau et qu’elle a sauvé de la petite vérole. Ils ont 4 enfants : Marc, Catherine, Bernice et Louis.

À 68 ans, sa tante aubergiste meurt et lui laisse en héritage tous ses biens dont l’auberge. Jean Aubry meurt en 1702 et Hélène, l’année suivante.

C’est au jour le jour  qu’on accompagne cette Fille du Roy. Sans les redites inévitables d’un Journal et la présence parfois incongrue de la religion, ce récit démontre qu’on finit toujours par s’attacher à son destin allant jusqu’à refuser de retourner en France pour toucher un héritage familial, ce qu’Hélène rejette du revers de la main.

Cher Journal, Seule au Nouveau-Monde, Hélène St-Onge, Fille du Roy, Montréal en Nouvelle-France, 1666, Maxime Trottier, texte en français de Martine Faubert, Éditions Scholastique, 2003

Irène Belleau

Catégorie : Invitation à la lecture