La dame blanche

La dame blanche présente une facette rectiligne d’une Fille du Roy au prénom d’Élizabeth, orpheline, arrivée en 1666, pour se marier avec une idée ferme… Les promesses qui étaient faites en France lors du recrutement des “filles à marier” pour peupler la colonie ont fait rêver plus d’une. Élizabet est du nombre et elle s’est motivée à l’idée qu’elle trouverait facilement un mari soldat ou colon mais RICHE et selon ses désirs. Elle croit l’avoir trouvé attirée par sa prestance, ses beaux habits et son affabilité. Rien de moins qu’un Seigneur qui a nom Rémy de La Roche. Hélas ! que voilà un homme ténébreux, dominateur, sans vergogne. Qui plus est… Élizabeth tombe dans un milieu de mystères où la disparition de la soeur du Seigneur habite la population et elle soupçonne le Seigneur lui-même de ce meurtre.

Élizabeth se plie aux exigences de quasi-claustration en espérant qu’un jour, elle pourra elle-même déterminer ses allées et venues. Une seule confidente rencontrée à la cachette. L’Oeil du Seigneur est partout ; impossible de lui échapper. La volonté d’Élizabeth est inflexible : elle aura SON époux à ELLE lorsque le mystère du meurtre sera résolu. L’accusateur – le curé du lieu – devient l’accusé meurtrier.

Fascinant.

la-dame-blanche

La dame blanche, Isabelle Major, VLB éditeur, 2010

Irène Belleau

Catégorie : Invitation à la lecture