Marguerite Pasquier, Fille du Roy

Étrange destinée d’une fille qui perd sa mère à 13 ans, qui déteste sa belle-mère (et qui le lui rend bien), qui se retrouve à La Salpêtrière à 15 ans, qui fuit famille et pays pour la Nouvelle-France, qui a peur de la première étreinte, qui connaît des accouchements très difficiles, qui n’en finit pas de pleurer son mari décédé trop jeune, qui accepterait bien un deuxième amour mais sans enfantements douloureux (elle se refuse à Bernard pour éviter les douleurs de mettre à la vie…), qui finalement s’y résout mais l’enfant ne vit pas, qui voit les enfants de son premier mariage s’éloigner d’un beau-père trop autoritaire. Elle meurt dans un mouvement épidémique fatal. Marguerite Psquier partie pour l’au-delà, Bernard épouse une cuisse légère qui le trompe et cherche plutôt un héritage.

Un jour, Bernard réalise que Marie Françoise ne l’aime pas vraiment, qu’il n’a pas suffisamment manifesté son amour et son attachement et sa reconnaissance à Marguerite disparue qui hante sa vie, qu’il se retrouve seul dans une maison sans âme, il décide que c’en est trop. Il part courir les bois. Son canot “se perdit dans le grand fleuve St-Laurent”.

Un récit palpitant fondé sur des archives minutieusement dépouillées et ancrées sur une trame bien fidèle à l’époque. À lire comme si toutes les Filles du Roy pouvaient se dévoiler dans de telles lectures au bénéfice de toutes les familles-souches québécoises.

Marguerite Pasquier, Fille du Roy, Renée Blanchet, Éditions Varia, 1998

Irène Belleau

Catégorie : Invitation à la lecture